Home AFRIQUE Gambie: le garde de l’ex-président Jammeh condamné à la prison à vie...

Gambie: le garde de l’ex-président Jammeh condamné à la prison à vie pour meurtre

0

Un tribunal allemand a condamné jeudi un chauffeur de la garde d’élite de l’ancien président gambien Yahya Jammeh à la prison à vie pour crimes contre l’humanité, meurtre et tentative de meurtre ayant entraîné la mort d’un journaliste et deux autres opposants à son règne.

Cette condamnation est une rare justice pour les victimes de Jammeh, qui a pris le pouvoir lors d’un coup d’État en 1994 et a gouverné d’une main de fer jusqu’à ce qu’il soit forcé de quitter la Gambie par les forces régionales en 2017 après avoir refusé d’accepter sa défaite électorale.

Jammeh a été accusé de massacres, de déversement de corps dans des puits, de fausses déclarations selon lesquelles il existe un remède à base de plantes contre le SIDA et de viol. Il n’a pas commenté publiquement ces allégations. Il vit en exil en Guinée équatoriale.

Les procureurs allemands ont déclaré l’année dernière, lorsqu’ils ont porté plainte contre le chauffeur, qu’il était membre de la garde d’élite de Jammeh connue sous le nom de « junglers » entre 2003 et 2006.

Ils ont déclaré que le conducteur, identifié comme Bai L. conformément aux règles allemandes en matière de protection de la vie privée, a conduit à trois reprises des policiers vers des endroits où ils ont tiré sur des opposants à Jammeh.

Bai L. a nié toute implication dans le tribunal régional de la ville allemande de Celle, a déclaré un porte-parole du tribunal. Le verdict peut encore faire l’objet d’un appel.

L’Allemagne reconnaît la compétence universelle pour les crimes graves, permettant à Bai L. d’y être jugé même si les délits ont eu lieu en Gambie.

Le tribunal de Celle l’a condamné pour son rôle dans les meurtres d’au moins trois opposants de Jammeh, dont le journaliste Deyda Hydara abattu en 2004 dans la banlieue de la capitale Banjul, et dans l’attaque contre un avocat en 2003.

Son fils Baba Hydara a salué le verdict comme une étape importante ouvrant la voie à « de nombreuses autres personnes tenues pour responsables ».

Reporters sans frontières a déclaré qu’il s’agissait du premier procès pénal pour crimes contre l’humanité sous le régime de Jammeh.

« Ce procès est un signe important pour le peuple gambien« , a déclaré Nicola Bier, conseiller juridique de l’organisation non gouvernementale.

Le gouvernement gambien a déclaré l’année dernière qu’il chercherait à poursuivre Jammeh pour les meurtres et autres crimes présumés, suite à une recommandation d’une commission vérité et réconciliation.

Reuters

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here