Home AFRIQUE Côte d’Ivoire : l’Apdh et l’Etat mettent en place une plateforme multi-acteurs...

Côte d’Ivoire : l’Apdh et l’Etat mettent en place une plateforme multi-acteurs relative aux questions financières

0

Cofinancé par l’union européenne (Eu) et la fondation politique allemande Konrad-Adenauer Stiftung (Kas), le projet « Finances, notre affaire à tous », mis en œuvre depuis le mois de novembre 2020 par l’Ong Action pour la Promotion des Droits de l’Homme (Apdh), est arrêté à terme hier mardi 26 juillet 2022 par la mise en place concrète d’une plateforme multi-acteurs relative aux questions financières et budgétaires.

Cette fermeture définitive du projet, après deux longues années de sa mise en œuvre par l’Apdh, s’est déroulée dans un hôtel huppé à Abidjan et à l’occasion d’un important atelier qui a ouvert ses travaux hier mardi pour les clôturer ce mercredi 27 juillet 2022.

D’entrée de jeu du premier jour d’atelier portant mise en place d’une plateforme multi-acteurs relative aux questions financières et budgétaires et dont le thème de référence a été : « renforcement des capacités des acteurs et partenaires de l’Etat pour un meilleur suivi citoyen de la gestion des finances publiques », messieurs Rafael Merz et Rémi Bardon, respectivement représentant résident adjoint de la fondation allemande Konrad-Adenauer Stiftung (Kas) et représentant de l’Union européenne à Abidjan, ont d’abord salué l’évolution positive du projet « Finances publiques, notre affaire à tous » avant de remercier madame Nonthiès Koné, présidente de l’Apdh, pour des efforts louables qu’elle a toujours consenti pour le projet et qui ont permis d’être à cette phase finale dudit projet débuté depuis le mois de novembre 2022. Prenant la parole, elle n’a eu que peu de mots pour exprimer sa joie, rendre la même politesse et ordonné l’ouverture des travaux d’atelier.

lire aussi: http://l’Apdh et l’Etat main dans la main pour la mise en place d’un cadre permanent de concertation pour la gestion des finances publiques

Et pour cette première journée des travaux, l’occasion a ainsi été donnée au Dr. Silué Alama, formateur et enseignant-chercheur en Droit à l’université Alassane Ouattara de Bouaké, de communiquer non seulement sur le premier module de cet atelier en l’occurrence : « la plateforme multi-acteurs, un modèle de gestion participative aux affaires publiques » mais aussi, d’expliquer aux uns et aux autres, des différents acteurs ayant pris part à cet important atelier notamment : les membres de la société civile, les agents d’administration publique et des journalistes, tout l’enjeu de la mise en place d’une plateforme multi-acteurs relative aux questions financières et budgétaires.

Poursuivant dans ses explications, l’enseignant-chercheur, Dr. Silué Alama a su trouver les mots justes pour expliquer de fond en comble, tout l’intérêt de la bonne gouvernance dans la mise en place de cette plateforme, qui en réalité, est une entité « mixte » constituée tant, des acteurs de la société civile, des journalistes que des agents d’administration publique dans une structuration binaire à direction rotative pour un secrétariat permanent en vue de l’animation quotidienne de ses services administratifs.

Evoluant dans la même verve, l’enseignant-formateur n’a pas manqué de faire remarquer à tous les participants présents à cet atelier, les objectifs spécifiques de cette plateforme, tels que : la mise en place d’un cadre d’échanges et de suivi des politiques publiques réunissant les acteurs de la société civile, les journalistes et les membres de l’administration publique, la création d’un lien de proximité entre les tous acteurs de la société civile, les journalistes et les membres de l’administration publique (ministère techniques, institutions étatiques, etc.), l’encouragement des rencontres d’échanges et de réflexion, l’importance de la constitution d’un groupe de travail intervenant dans les politiques publiques locales, etc.

lire aussi: http://l’Apdh et l’Etat scellent le pacte de mise en place d’un centre d’assistance aux informations financières

Après cette communication relative au premier module de cet atelier, Dr. Noula Lama, lui aussi enseignant-chercheur en Droit et spécialiste en finances publiques, a aussitôt enchaîné avec la deuxième, notamment : « la plateforme multi-acteurs, un cadre de renforcement des capacités de la bonne gestion des finances publiques »

Ici, le maître n’a que rappelé ce qu’il a dit avoir déjà enseigné durant les deux années de vie du projet à savoir : la maîtrise des instruments juridiques par les acteurs de la société civile pour une meilleure participation citoyenne au processus budgétaire en vue de l’amélioration significative des décisions budgétaires et l’efficacité des politiques publiques.

Condition sans laquelle, la société à budget participatif dont nous rêvons tant ne peut arriver à l’existence, a-t-il conclu.

Dieunedort Essomé

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here