Home AFRIQUE Côte d’Ivoire: comment le reggae-man Ras Manga a rencontré le succès

Côte d’Ivoire: comment le reggae-man Ras Manga a rencontré le succès

350
0

Ras Manga, à peine médiatisé, que ses frasques musicales sont déjà reprises dans plusieurs journaux. Une vraie perle rare du reggae qui monte et fait fort dans le classement du hit-parade.

Ras Manga, de son vrai nom Léopold Dékassan Manga, est un artiste ivoirien, né le 9 avril 1982 à Gagnoa en Côte d’Ivoire. Il est d’ethnie yacouba. Très tôt, il est emporté par les mélodies des styles musicaux qui bercent son enfance.

Durant toutes ses jeunes années de collège, il découvre la musique mais en réalité, c’est 1996 qu’il est complètement « emballé » dans la chose dès la première écoute d’un tube rap américain en l’occurrence 2pac Amaru Shakur. Il est alors emporté par les notes et le phrasé du style West coast (Côte Ouest des Etats Unis). Peu de temps après, il embrasse cette musique.

Commence alors pour lui, la fréquentation des activistes rap de son quartier. Il portera ainsi le pseudonyme ‘’Apacahe’’ pour être plus atypique. Convaincu qu’il peut arriver à se faire un nom par ce genre musical, le jeune Léopold fréquente plusieurs groupes du rap de plusieurs écoles chargées de lui dispenser le savoir. Avec des années et l’expérience aidant, l’artiste en herbe se rend à l’évidence que les producteurs musicaux de rap sont rares. Alors, il décide de changer de corde pour continuer son aventure de création dans les études d’art plastique. Fiasco total !

Ses parents qui ne sont pas de cet avis le découragent. Pour eux, les longues études vont faire de lui un alpiniste social. Le jeune Léopold refuse leur proposition et part en aventure pour déposer carrément ses valises au Ghana voisin en 2002. Là encore, il ne trouvera pas le bonheur tant recherché et continuera sa route pour se rendre successivement au Togo puis ensuite au Bénin. Finalement, il optera pour la navette entre ces trois pays au point de devenir un guide touristique.

C’est donc dans ces « va et vient » entre ces trois pays, qu’il fera la rencontre de la musique reggae dans les rues d’Accra au Ghana. Il laissera alors le pseudonyme « apacahe » qu’il portait jusqu’alors pour se revêtir de celui de Ras Manga. Et sa toute première expérience en studio, c’est bien en 2013 qu’il la connaîtra avec un maxi sigle ayant pour titre : « don’t let them », un titre qui sera d’ailleurs repris dans l’actuel album à  succès : « Natty Dread », inspiré d’une histoire vraie.

En effet, et pour être plus sérieux, Natty dread est un véritable chef d’œuvre dans lequel, le reggae-man Ras Manga dénonce avec menu détail, le comportement hideux et pernicieux des agents de police qui jonchent les faubourgs des grandes métropoles africaines et où la corruption et la concussion des mœurs sont rampantes et gages de délinquance juvénile.

Marié à une ivoirienne, Ras Manga et ce, depuis plusieurs années, vit actuellement en France et plus précisément dans la ville de Nantes, où il occupe ses jours entre les spectacles qu’il aime bien et la musique reggae qu’il affectionne.

Pour son tout premier album avec pour titre « Natty dread », c’est carrément un succès pour Ras Manga.

Nous osons alors croire, que les mélomanes du funk et du blue reggae ne pourront aucunement bouder le plaisir à délecter cette œuvre musicale de sept titres de cet artiste-chanteur très engagé, qui berce l’écoute dans l’agencement cadencé de ses cordes de guitare et le rythme envoûtant de la musique.

Dieunedort Essomé

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here